Qui sommes-nous ? Publications et documentation C'est quoi, la numismatique ? Actualités et petites annonces Nous contacter

 

TECHNIQUES ET ANALYSES

Le pied de monnaie sous Philippe VI de Valois ou la mesure du « remuement » monétaire

Le pied de monnaie est une expression fréquente dans la numismatique royale française. Mais à quoi correspond cette notion apparue sous Philippe de Valois ? D’où vient la formulation mathématique, que cache-t-elle ? Une explication dans cet article d’octobre 2014.

Prédiction des productions monétaires ou comment mieux appréhender l’équivoque statistique ?


Prédiction du nombre de coins d’un même type au départ
des coins de ce type représentés dans un échantillon.
Intersection avec l’axe de Y

Les théories sur la prédiction d’une production monétaire ont fait l’objet de quelques documents, commentaires et réflexions statistiques dont la rigueur mathématique fait parfois défaut ou s’avère discutable. Que cachent les méthodes de prédictions de volumes d’émission monétaires ? Les logiciels de bureautique actuels peuvent-ils aider à mieux appréhender cette problématique ?

La frappe monétaire au marteau en France durant le moyen âge - l’atelier de La Rochelle

Cet article écrit en 2013, synthétise la thèse de doctorat de M. Adrien Arles. Son travail place la numismatique au confluent de l’archéologie, de l’histoire de l’économie et de la paléo métallurgie. Réputée simple, la frappe monétaire au marteau se révèle être d’une extrême complexité requérant pas moins de 26 opérations.

« Ut tensio sic vis », la frappe au marteau

Dans cet article, l’auteur développe une explication en termes simples et illustrés sur ce qui se passe lorsque le marteau du monnayeur frappe le coin mobile. Cette fraction de seconde, souvent jugée dérisoire, est pourtant déterminante et riches en enseignements.

Le gros tournois de Saint Louis, … réflexions

        

Le gros tournois, créé à l’initiative de Saint Louis afin de matérialiser le sou de compte, est une monnaie particulièrement bien conçue. Sa teneur en argent fin (958/1000) communément admise pourrait cependant être remise en question, dévoilant ainsi une autre possibilité quant à la dénomination de « gros ». Le gros tournois de St Louis dans ses éléments constitutifs et galène argentifère dont est extrait l’argent